Avertissement |  Contact |  English 

   ACCUEIL
Ottawa |  Toronto |  USA |  France |  Afrique | 
 
   Ali ar-Ramitani

'Azizan Ali Ramitanî

Ce saint magnifique naquit à Ramitan, à quinze kilomètres de Boukhara. On dit qu'il mourut à l'âge de cent trente ans. Selon certains, c'est 'Azizan qui convainquit Mongke (le successeur de Uguday, fils de Gengis Khan) d'adopter l'islam. Selon une légende populaire (qui est parfois transposée sur son maître 'Arif) on raconte que le Khan (Mongke) s'arrêta un jour dans le village o— vivait 'Azizan qui était tisserand. On pouvait voir 'Azizan à l'oeuvre sur un métier de son invention. Le Khan fut impressionné par son maintien tranquille et son habileté, il lui demanda des explications et 'Azizan répondit: "Mon attention extérieure se porte sur mon travail et mon attention intérieure sur la vérité; je n'ai pas le temps de porter attention à ce qui se passe au dehors". On disait aussi qu'il recevait son enseignement directement du Khidr. Tous les maîtres venaient le visiter et s'étonnaient de son pouvoir sur les coeurs. Il faisait pratiquer aussi bien le dhikr à haute voix que silencieux et certains le lui reprochaient (et curieusement ces reproches existent encore de nos jours contre ceux de sa lignée qui procèdent comme lui); ainsi le Sheikh Rukn ad-dîn lui demanda: Nous avons entendu que vous faites votre dhikr à haute voix. Quelle sorte de dhikr est-ce là? 'Azizan de répondre: "Nous avons entendu dire que vous faites votre dhikr secrètement, n'est ce pas dès lors comme si vous le faisiez à haute voix! (puisque nous l'avons "entendu" dire). Un autre théologien célèbre de l'époque Saif ad-dîn, lui fit le même reproche, 'Azizan répliqua: "Il y a un hadith sh'arif (une parole du Prophète) qui dit qu'au moment de l'agonie, on devrait prononcer la confession de foi à haute voix en même temps que l'on pousse le dernier soupir. Or un vrai derviche respire comme si chaque respiration était son dernier souffle".

Dans son autobiographie Hayat-Name, Baha'Ed-dîne écrit: "lorsque j'étais un petit garçon mon père m'emmena à Samarkande o— nous rendions visite au grand chef spirituel de la ville. Chaque jour je prenais part à leurs prières. Quelques temps plus tard nous retournâmes à Boukhara et nous nous installâmes à Kars Al-'Arif. C'est à cette époque que je reçus un présent: la coiffe derviche (turban) qui avait été portée précédemment par le grand saint 'Azizan 'Ali Ramitanî. Aussit”t que j'ai mis cette coiffe sur ma tête mon état intérieur fût complètement transformé. Mon coeur se remplit de l'amour de Dieu et depuis cet instant, j'ai porté cet amour en moi o— que j'aille... Au sujet de Khawadjan 'Azizan 'Ali, Mawlâna Jalâl Ed-dîn ar-Rûmi qui l"admirait écrit dans l'un des ses poèmes: " Si l'état spirituel (hâl) n'était pas préférable au discours(Qâl) les notables de Boukhara se seraient-ils faits esclaves du Khwadja 'Azizan 'Ali?".

Le Khwaja disait aussi: "Le secret du dhikr efficace est de répéter chaque mot comme s'il exprimait notre dernier souffle". On lui demanda un jour la signification du fait qu'il aurait été initié par le Khidr-sur lui la paix-il répondit: "son initiation se passe dans les profondeurs du coeur, là o— il n'y a plus de pensée ".

Il guérissait les âmes mais aussi les corps et passait pour avoir arraché de nombreux malades à la mort. Néanmoins, jamais, il ne guérissait ou n'aidait quelqu'un parce qu'on lui demandait de le faire mais seulement lorsqu'il en recevait l'ordre de Dieu. Lorsqu'il fut près de mourir , il avait alors cent trente ans et fit venir ses deux fils, Khwaja Mohammad âgé de quatre vingt ans et Khwaja Ibrahim âgé de trente ans. Il désigna pour lui succéder son plus jeune fils Ibrahim. Conscient de la surprise de l'entourage il dit:"Mohammed me rejoindra bient“t!" De fait celui ci mourut dix neuf jours plus tard tandis qu'Ibrahim vécu encore soixante dix ans.

Apres son depard il passa le secret a Mouhammad Baba as-Samassi,


Le Chaine d'or


Ch Hisham Kabbani

Version Imprimable

  L'Ordre Naqshbandi
Particularité
Origines & Ecole
Appelation
Fondation Haqqani
Le Soufisme

 Les Maitres
Les 40 Maîtres
Premier héritier
L'Imam de la voie
Cheikh Nazim Adil
Cheikh Hisham Kabbani
Ouweyssi
 Enseignements
Principes
Pratiques
Initiation
Paroles de Sagesse
Audio-Vidéo
Intercession
Usage des photos
Centres - Zawiya
 Pratiques
Prières
Dhikr & Awrades
Pratiques mensuelles
Ramadan
Mawlid
   Perles de sagesse avec Cheikh Nazim 
Ce qu'il vous reste
Soyez ceux qui établissent l’adoration Seigneuriale
Ceux qui suivent les Commandements et Ceux qui sont marqués par Shaytan
Offrez le Salut d’Allah avec sincérité pour obtenir Sa Satisfaction
Toutes les Sohba...
Chercher avec Google
  La chaine d'or des Maitres
Les 40 Maîtres
Premier héritier
L'Imam de la voie
L'intercession
Photo des Cheikhs
Ouweyssi
Genealogie des Cheikhs
Qualifications du Cheikh
   Les Cheikhs de la Naqshbandi
Cheikh Abdoullah ad-Dahlawi
Shamsouddin Habib Allah
Cheikh Mouhammad az-Zahid
As-Sayyid Nour Mouhammad al-Badawani
Mouhammad Sayfouddin al-Farouqi al-Moujaddidi
Mouhammad al-Massoum
La transmission Ouwéyssi de la connaissance spirituelle
L'attachement au Cheikh, La Rabita
Qualifications d'un Maître Soufi
Cheikh `Abdoullah al-Fa'iz ad-Daghestani
Darwish Mouhammad as-Samarqandi
Khwaja Mahmoud al-Anjir al-Faghnawi
Ali ar-Ramitani
Cheikh Mouhammad Baba as-Samassi
Cheikh as-Sayyid Amir Koulal ibn as-Sayyid Hamza
Mouhammad Baha'ouddin Shah Naqshband
Ala'ouddin al-Boukhari al-Attar
Cheikh Yaqoub al-Charkhi
Oubaydullah Al-Ahrar
Mouhammad Khawaja al-Amkanaki
Mouhammad al-Baqi Bi-L-Lah
Mouhammad Baha'uddin Shah Naqshband
Ahmad al-Farouqi as-Sirhindi
Cheikh Mouhammad Nazim al Haqqani
Cheikh Mouhammad Nazim al Haqqani
The Messenger of God,Prophet Muhammad ibn Abdullah
Abou Bakr as-Siddiq
Salman al-Farisi
Qassim ibn Mouhammad ibn Abou Bakr
Imam Ja`far as-Sadiq
Tayfour Abou Yazid al-Bistami
Aboul Hassan `Ali ibn Ja`far al-Kharqani
Abou `Ali al-Farmadhi at-Toussi
Abou Ya`qoub Youssouf al-Hamadani
Aboul `Abbas, al-Khidr
Abdoul Khaliq al-Ghoujdawani
Arif ar-Riwakri
Les 11 principes de la voie

Suivez le Centre Soufi
Centre Soufi sur Facebook Centre Soufi sur YouTube
S'inscrire à la liste du Centre Soufi
E Shaykh | L'espace pour vos questions et requettes
   Nouveautés
Toute chose devrait etre un Mawlid en l'honneur du Prophète
Shamsouddin Habib Allah
Cheikh Mouhammad az-Zahid
Toutes les nouveauts...
   Article aléatoire
Mérites de la prière sur le Prophète
Celui qui prie sur moi une seule fois, Dieu lui en décuplera la récompense». Al Boukhari dans son «al Adab al Moufrad», ainsi que Tirmidhi d'après Anas ajoutent: «...., lui inscrira dix oeuvres pies, lui pardonnera dix péchés et l'élèvera de dix gra
Ch. Hisham Kabbani :: 18 août 2004

 RADIO de MUSIQUE SOUFIE

1

    Medi1

3

    RadioRarvish

4

    Alif Music
   Citations  et anecdotes
:: Price of a hit on the neck ::

Nasreddin Hodja had visited a town for some personal business. Hodja was walking quietly along the road when somebody gave him a violent blow on the back of the neck. He looked behind him, and saw a young man whom he had never seen before.
- How dare you hit me like that! shouted Hodja.
- Sorry, in appearance from behind, you resemble someone I hate.said the young man.
He thought Hodja was making a lot of noise about nothing.
- I dont't think so! replied Hodja with pain on his neck
This insult made Hodja even angrier, of course, and he at once arranged for the young man to be brought before a judge. There was nothing for the young man to do but to appear before the court. Now, the judge who heard the case was a friend of the young man's father, and, although he pretended to be quite fair, he was thinking how he could avoid punishing the young man while at the same time not appearing unjust. Finally the judge said to Hodja:
- I understand your feelings in this matter very well. Would you be satisfied if I let you hit the young man as he hit you?
But Hodja said he would not be. The young man had insulted him and should be properly punished.
- Well, then, said the judge to the young man, I order you to pay ten liras to Hodja.
Ten liras was very little for such a crime, but the young man did not have it with him, so the judge allowed him to go and get it.
Hodja waited for him to return with the money. He waited an hour, he waited two hours, while the judge attended to other business.
When it was nearly time for the court to close, Hodja chose a moment when the judge was especially busy, came up quietly behind him and hit him hard on the back of the neck. Then Hodja said to him:
- I am sorry, but I can't wait any longer, I got lots of business to do. Since the price of a hit on the neck is ten liras you may receive that money instead of me. When the young man comes back, tell him that I have passed my right to the ten liras on to you. You look like familiar with this kind of compensation, don't you?
:: Nasreddin Hodja ::
 Pratiques
Prières
Dhikr & Awrades
Pratiques mensuelles
Ramadan
Meditation
Vigile - Qiyam
Mawlid
Dou'a - Invocations
 Principes
L'intention
La Bay'at avec le Guide
Le Service
La Séclusion
La conduite du Mouride
La conscience et l'éveil
 
   Notre mission
Notre Mission consiste transmettre les enseignements du Soufisme sur la fraternité de l'Humanité et l'unité de la croyance en Dieu présente dans toutes les religions et voies spirituelles...
 
 
Accueil   |   Islam   |   Centre Soufi   |   Plan du Site   |    Contact 

Site Officiel | ISCA | Fondation Haqqani | Sufilive
Ordre Soufi Naqshbandi
138 Av Fairmount Ouest Montreal - Canada - Tel.: (514) 270-9437