Avertissement |  Contact |  English 

   ACCUEIL
 |  Vancouver |  USA |  France | 
 
   Shamsouddin Habib Allah

 

Mes yeux n'ont jamais vu une si belle créature;

Aucune femme n'a donné naissance à un être aussi beau,

Né irréprochable, comme si c'était votre souhait.

 

Il était le Soleil du Bonheur éternel. Il était le Bien-Aimé d'Allah, le Tout-Puissant et Exalté. Il était l'Esprit du Peuple de Vérité et l'Essence de l'Esprit du Peuple de Goût. Il était la Kaâba du Divin et l'un des Emblèmes du Noble Messager . Il a élevé la Connaissance de la Religion de Mouhammad  et a relancé la Voie de l'Ordre Naqshbandi.

Né en 1113 AH/1701 après J.-C. en Inde, Shamsouddin Habib Allah incarnait, depuis sa tendre enfance, la Lumière de la Guidance, et les Manifestations de la Piété scintillaient de son front. Ses traits (mazhar) ont été embellis par la Manifestation de la Beauté Céleste (tajalli-l-jamal). Il était célèbre, comme le prophète Youssouf , pour sa beauté et tout le monde l'aimait, car il représentait la beauté, laquelle est l'attribut de Dieu. Sur ce, le Prophète  a dit : « Dieu est beau et il aime la beauté », et c'est également l'attribut du Prophète , à propos duquel Anas Radiya a dit : « Parmi tous les prophètes, Votre Prophète était le plus beau de par son apparence, et il avait la meilleure voix » À cet effet, Cheikh Abdour-Raouf Al-Mounawi a déclaré : « Le prophète  n'a pas d’égal dans sa beauté ».

À l’âge de neuf ans, Cheikh Mazhar   vit Seyyidina Ibrahim , qui lui attribua des pouvoirs miraculeux par la transmission spirituelle. À cet âge, si quelqu'un mentionnait Abou Bakr en tant que Siddiq  en sa présence, il le verrait réellement apparaître. Il a également pu voir le Prophète  et tous ses Compagnons , ainsi que les Cheikhs de l'Ordre Naqshbandi, en particulier Sayyidina Ahmad al Farouqi.

Son père l'a élevé et l'a éduqué sur toutes les branches de la connaissance religieuse. À un jeune âge, son cœur était attiré par la lumière spirituelle émanant de son Cheikh, Sayyid Nour Mouhammad . Son Cheikh ouvrit les yeux de son cœur et le nourrit du nectar de la fleur de la Connaissance Cachée. Le Cheikh l'a sorti de l'état de la conscience de soi et l'a élevé aux plus Hautes Stations, ce qui lui engendra un grand éblouissement jusqu’à s'évanouir. À son réveil, il fut accompagné par Cheikh Nour Mouhammad lors de son ascension. Ce dernier lui permit d’observer les Mystères du Monde Caché et lui attribua des dons émanant de ses miraculeux Pouvoirs et Stations.

Son Cheikh ouvrit en lui les « Neuf Points », les accès aux secrets de l’Ordre Naqshbandi. Grâce à la connaissance des neuf points, il put explorer les secrets les plus puissants, jusqu'à ce qu'il soit autorisé à « activer » les neuf points en tout temps et à s’en servir. Dès-lors, son Cheikh l’invitait constamment en sa présence, l’élevait d’une station à une autre, l'enveloppait de sa lumière et le protégeait jusqu'à le faire atteindre la perfection ultime et le réveiller de l'ignorance.

Il a persévéré à servir son Cheikh avec un dévouement inconditionnel en exécutant ses ordres quant au cheminement spirituel, dont des retraites dans les recluses, le désert et la jungle. Lors de ses réclusions, son seul aliment était l'herbe et les feuilles des arbres. Pendant sa période d'ascèse dans le désert et la jungle, il ne portait que ce qui couvrirait sa nudité. Un jour, après un long isolement, il se regarda dans le miroir et ne se vit pas. Il vit plutôt son Cheikh.

À ce stade, son Cheikh l'autorisa à guider tous les serviteurs d’Allah vers leurs destins, vers le Droit Chemin, vers le Trône de Succession et vers le Soleil de Guidance en s'élevant à la Station du Bonheur.

À la mort de son Maître, il visitait régulièrement sa tombe. Durant deux ans, son Cheikh le gratifiait, depuis sa tombe, de bénédiction et d’enseignement. Ensuite, à travers sa communion spirituelle avec lui, il reçut de lui l’ordre de se lier à un Maître vivant.

Ainsi, il se lia aux Saints les plus augustes de son temps : Cheikh Mouhammad Afzal , Cheikh Safi Sacdoullah et Cheikh Mouhammad Cabid. Or il se connecta davantage à Cheikh Shah Kalshan et Cheikh Mouhammad az-Zoubeir. Par ailleurs, il assistait régulièrement aux prêches de Cheikh Mouhammad Afzal , l'un des califes successeurs de Mouhammad Ma'ssoum . Quant à l’enseignement théologique, ce fut avec Cheikh Abdoul Ahad , duquel il reçut la connaissance du hadith Prophétique. Lors de ces séances, chaque fois que son Cheikh aurait mentionné un hadith, Shamsouddin Habib Allah  disparaîtrait par abnégation et aurait eu une vision dans laquelle il se retrouverait avec le Prophète ; entendant le hadith d’emblée du Prophète . Ainsi, il corrigeait les erreurs des Cheikhs dans la narration du hadith, et a été reconnu comme une référence dans la science du hadith.

En compagnie de ces Cheikhs pendant vingt ans, il progressait continuellement jusqu’à atteindre les États de Perfection, jusqu'à devenir un Océan de Connaissance. Il s’éleva au firmament des Qutbs jusqu'à devenir le Qutb de son temps, brillant comme le soleil de midi. En témoignait Cheikh Mouhammad Afzal : « Cheikh Mazhar Habiboullah aurait atteint l'état de Qoutb, et il serait devenu, en son temps, le pivot central de cette Tariqât. »

Sa perfection spirituelle a attiré vers lui des disciples de partout du sous-continent. En sa présence, chaque quêteur comblait ses besoins spirituels, et la bénédiction aurait fait du sous-continent indien une Kaaba entouré d'êtres angéliques.

Sa noble personne réunissait les pouvoirs de quatre Tariqât : il était le Maître des Ordres Naqshbandi, Qadiri, Souhrawardi et Chishti. Sur ce, il témoignait : « J'ai reçu les secrets et la connaissance de ces Ordres de mon Cheikh, Sayyid Nour Mouhammad Badawani , jusqu'à ce que je détienne un pouvoir très distingué dans ces Ordres. Il m'a élevé de la Station Hébraïque à la Station Mouhammadienne, ce qui m'a amené à voir le Prophète assis à ma place, alors que j'étais assis à la sienne. Puis j'ai disparu et je l'ai vu assis aux deux endroits. Ensuite, je l'ai vu disparaître et je me suis vu assis aux mêmes deux endroits. »

Voici quelques sacrées paroles de Cheikh Mazhar  :

« Un jour, en sa présence, Cheikh Mouhammad Abid a déclaré : ‘’ Les deux soleils situés aux deux extrémités se sont rencontrés; si leurs lumières s'étaient combinées et s'étaient répandues dans tout cet univers, elles auraient tout brûlé ’’ ». 

« Cheikh Mouhammad Afzal était considérablement plus âgé que moi, mais il se levait quand j’entrais et me disait : « ‘’ Je me lève par respect à votre sacrée ascendance ’’ ».

« Ce monde entier et l'univers entier sont dans ma main, et je peux tout voir en eux, aussi clairement que de voir ma main ».

Cheikh Shamsouddin eut d'innombrables expériences et visions miraculeuses des mondes céleste et terrestre.

Un jour, il était en voyage avec certains de ses partisans, tous démunis de nourriture et de provision. Ils marchaient, puis se reposaient lorsque la fatigue les gagnait. Une fois, le Cheikh les appela et leur dit : « Cette nourriture est pour vous » et, par miracle, ils virent devant eux des tables copieuses de nourriture.

Un jour, pendant ledit voyage, il y a eu une violente tempête et le vent ravageait tout sur son passage. Il faisait très froid et tout le monde en frissonnait. Ils étaient au seuil du péril et ils s’attendaient à mourir dans ce désert glacé. Puis Cheikh Mazhar  leva les mains en implorant : « Ô Allah, faite que la tempête nous entoure mais sans nous engloutir. » En effet, les nuages se sont éloignés d’eux, ainsi que la pluie glaçante qui continuait de tomber à un mile d’eux, alors que le beau temps apparut pour eux.

Le Cheikh aurait raconté : « Une fois, j'ai visité la tombe de Cheikh Mouhammad Hafiz Mouhsin . Je me suis éclipsé de moi-même dans une vision où j'ai vu sa dépouille préservée de la décomposition et son linceul, parfaitement propre, à l'exception d'une tache de terre recouvrant une partie du tissu couvrant ses pieds. Grâce à mon pouvoir spirituel, je lui ai posé des questions à ce sujet. Il répondit : ‘’ Ô mon fils, je vais te raconter une histoire. Un jour, j’avais pris une pierre du jardin de mon voisin et l’ai placée dans un trou de mon jardin avec l’intention de la lui retourner, mais j’ai oublié. Par conséquent, la saleté a souillé mon linceul ’’ ».

Parmi ses perles : « Tant que vous êtes élevés dans la piété, vous serez élevés dans la sainteté ».

Un jour, il se mit en colère contre un tyran et déclara : « Dans une vision, j'ai vu tous les Cheikhs, depuis Abou Bakr as-Siddiq jusqu'aux Cheikhs de notre ère, mécontents de ce tyran. » Le lendemain, ledit tyran rendit l’âme.

Un homme rendit visite au Cheikh et lui dit : « Ô mon maître, mon frère a été emprisonné dans un autre village. Je vous prie d’implorer Allah de le sauver. » Lui de répondre : « Ô mon fils, ton frère n'a pas été emprisonné, il a plutôt commis un délit, et demain, tu recevras une lettre de sa part. » Effectivement, ce fut ainsi.

Le Cheikh informa ses partisans de cette bonne nouvelle, et certaines personnes jalouses ont refusé de le croire. Alors, il dit : « Si vous ne me croyez pas, nous solliciterons un juge. Chacun de nous lui exprimerait son point de vue et lui de juger. » Ses détracteurs répondirent : « Nous n'acceptons aucun juge, à l'exception du Prophète , et nous demanderons son jugement le Jour du Jugement Dernier. » Il poursuivit : « Il n'est pas nécessaire d'attendre le Jour du Jugement Dernier; Nous allons demander au Prophète  de prononcer son jugement maintenant. » Ainsi, il entra dans un profond état de contemplation et fut invité à lire la Fatiha. Ensuite le prophète apparut immédiatement à tout le monde et déclara : « Al-Mazhar Habiboullah a raison et vous avez tous tort. »

 

À propos de la création

Il dit : « L'existence est une particularité exclusive d'Allah. Ce monde n'est qu'une ombre des Réalités Divines. La réalité de toutes les créations possibles (haqa’iq al-mumkinat) découle des attributs et qualités divins en action autour du Vide (cadm). L'existence réelle de tout ce qui se manifeste dans la création physique se manifeste en lumière dans la Présence Divine.

« Tout ce qui apparaît dans la création physique n'est qu'une ombre de la réalité lumineuse jaillissant des Qualités Divines autour du vide et de la non-existence. Le monde des Attributs Divins (sifat) est l’origine des sources thermales des univers créés (mabadi ’tacayyounat al-a'lam). Cela dit, toute création physique provient de la synergie des Qualités Divines d’Allah et du vide, la création a donc deux origines opposées. Du vide de la non-existence et du néant naissent les qualités denses de la substance physique qui, dans la sphère de l'activité humaine, causent l'obscurité, l'ignorance et le mal; tandis que des Attributs Divins, proviennent la lumière, la connaissance et le bien. Ainsi, le soufi, lorsqu'il se regarde, voit tout ce qui est bon en lui comme une Lumière Divine se réfléchissant sur lui, mais cela ne provient pas de lui. Par analogie, lorsqu’un humain emprunte des vêtements luxueux qui le mettent en valeur, cela ne mérite aucun crédit. En revanche, il se voit comme une substance basique, pleine de noirceur et d'ignorance, avec une nature pire que celle d'un animal. Avec cette double perception, il devrait se détacher des illusions du Soi, s'effacer et se repentir (tawba) envers la Source Divine, la Source du tout Bien. C’est ainsi qu’Allah remplirait son cœur d'amour et le dirigerait vers la Présence Divine. Sur ce, Allah a dit dans un hadith sacré : « Si mon serviteur s’approche de moi d’une main, je l’approcherai d’un bras; et s'il vient à moi en marchant, je viendrai à lui en courant. »

Peu de temps avant son ultime voyage, Cheikh Mazhar  était dans un état de dévotion vibrante pour Dieu en éprouvant un profond chagrin d'avoir tardé dans ce monde transitoire. Il a passé ses derniers jours dans une contemplation intense et, lorsqu’on le questionnait, il répondait que son état était celui d'Annihilation et d'Existence en Allah Sublime et Exalté. Lors de ses derniers jours, il faisait davantage de dhikr à tel point que l’éclat de sa lumière attira des milliers de disciples, qui intégrèrent la Tariqât  grâce à lui. Chaque jour, 3000 personnes affluaient chez lui, et il ne laissait personne partir sans le rencontrer. Finalement, il fut si épuisé qu'il permit les visites uniquement deux fois par jour.

Un jour, l'un de ses disciples, Cheikh Moullah Nassim , a demandé la permission de rendre visite à ses parents dans son pays natal. Le Cheikh lui répondit : « Mon fils, si tu veux y aller, je te le permets, mais sache que je serai probablement absent à ton retour. » Ses propos se répandirent de bouche à oreille, ce qui suscita la panique des gens à l’idée de voir son ère révolue. Les yeux larmoyants et les cœurs brisés, des pieux tout autour du Pendjab pleurèrent à chaude larmes. Ainsi, ses disciples affluèrent chez lui, et personne ne savait ce qui allait se passer après son départ. Puis le Cheikh d’écrire une lettre et de l’envoyer à l'un de ses successeurs, le mollah Abdour-Razzaq , et à d’autres destinataires : « Ô mon fils, j'ai maintenant plus de quatre-vingts ans et ma vie touche à sa fin. Ne m’oublie pas dans tes prières. » 

Remerciant Allah pour ses faveurs, il déclara : « Dans mon cœur, il ne reste aucun but inaccompli, aucun souhait qu’Allah n’a pas exaucé. Mon seul désir est de quitter ce monde et d’être continuellement en sa présence. Allah m'a gratifié de tout, sauf la permission de le rejoindre. Je demande à Allah de m'emmener à lui le plutôt possible. Mais je ne veux pas le rencontrer comme une personne ordinaire, plutôt comme l’immortel martyr, tel que décrit par Allah dans le Coran. Alors, Ô Allah, fais de moi un martyr dans ce monde et prends-moi à toi comme un martyr. Une telle mort comblera mon cœur et me mettra en présence de Ton Prophète Bien-Aimé, d'Ibrahim  et de Moussa , ainsi que tes 124 000 prophètes et tous les compagnons du Prophète , sans oublier al-Jouneyd  et le maître de cet ordre, Shah Naqshband  et avec tous les maîtres de la Tariqât. Ô Allah, je veux combiner le témoignage du martyre physique avec la mort spirituelle dans l'État du Témoignage, dans l'État de l'Annihilation. » 

Mercredi soir, le septième jour de Mouharram, de l'année 1195 H / 1780 de notre ère, son serviteur s'approcha de lui et lui dit : « Il y a trois hommes à l’entrée. Ils veulent vous rendre visite. » Le Cheikh répondit : « Laisse-les entrer. » Quand ils sont entrés, il est sorti de sa chambre et les a salués. L'un d'eux lui dit : « Seriez-vous Mirza Jan Janan Habiboullah? » Il répondit : « Oui ». Les deux hommes dirent au troisième : « Oui, c'est lui. » L'un des hommes prit un couteau de sa poche et poignarda le Cheikh dans le dos, lui transperçant le rein. Vu son âge avancé, il était incapable de résister à la gravité du coup et il s’écroula au sol. Au moment de la prière du Fajr, le roi lui envoya un médecin. Le Cheikh renvoya le médecin et dit : « Je n’ai pas besoin de lui. Quant aux hommes qui m'ont poignardé, je leur pardonne, car je suis heureux de décéder en martyr et ils sont venus à la suite de ma prière. »

Le Cheikh quitta ce monde, un vendredi. Au milieu du jour, il lut les chapitres coraniques Fatiha et Ya Sin jusqu’à mort s’en suive. Il avait demandé à ses partisans combien d'heures il restait jusqu'au coucher du soleil. Ils ont répondu : « Quatre heures. » Alors il dit : « Il reste encore beaucoup de temps avant ma rencontre avec mon Seigneur. » « J'ai manqué dix prières dans ma vie, toutes ces deux derniers jours, car mon corps est plein de sang et je n’ai pas pu lever la tête. » Eux de demander : « Si un malade est dans un état aussi fragile, est-il obligé de prier avec des mouvements de ses yeux et de son front ou de remettre sa prière à plus tard? Il répondit : « Les deux façons sont correctes. »

Le Cheikh attendit avec patience le coucher du soleil pour s’éteindre en paix. C'était la nuit de Achoura, 1195 AH/1781 apr. J.-C.

 



Cheikh Hisham Kabbani

Version Imprimable

  L'Ordre Naqshbandi
Particularité
Origines & Ecole
Appelation
Fondation Haqqani
Le Soufisme

 Les Maitres
Les 40 Maîtres
Premier héritier
L'Imam de la voie
Cheikh Nazim Adil
Cheikh Hisham Kabbani
Ouweyssi
 Enseignements
Principes
Pratiques
Initiation
Paroles de Sagesse
Audio-Vidéo
Intercession
Usage des photos
Centres - Zawiya
 Pratiques
Prières
Dhikr & Awrades
Pratiques mensuelles
Ramadan
Mawlid
   Perles de sagesse avec Cheikh Nazim 
Ce qu'il vous reste
Soyez ceux qui établissent l’adoration Seigneuriale
Ceux qui suivent les Commandements et Ceux qui sont marqués par Shaytan
Offrez le Salut d’Allah avec sincérité pour obtenir Sa Satisfaction
Toutes les Sohba...
Chercher avec Google
  La chaine d'or des Maitres
Les 40 Maîtres
Premier héritier
L'Imam de la voie
L'intercession
Photo des Cheikhs
Ouweyssi
Genealogie des Cheikhs
Qualifications du Cheikh
   Les Cheikhs de la Naqshbandi
Shamsouddin Habib Allah
Cheikh Mouhammad az-Zahid
As-Sayyid Nour Mouhammad al-Badawani
Mouhammad Sayfouddin al-Farouqi al-Moujaddidi
Mouhammad al-Massoum
La transmission Ouwéyssi de la connaissance spirituelle
L'attachement au Cheikh, La Rabita
Qualifications d'un Maître Soufi
Cheikh `Abdoullah al-Fa'iz ad-Daghestani
Darwish Mouhammad as-Samarqandi
Khwaja Mahmoud al-Anjir al-Faghnawi
Ali ar-Ramitani
Cheikh Mouhammad Baba as-Samassi
Cheikh as-Sayyid Amir Koulal ibn as-Sayyid Hamza
Mouhammad Baha'ouddin Shah Naqshband
Ala'ouddin al-Boukhari al-Attar
Cheikh Yaqoub al-Charkhi
Oubaydullah Al-Ahrar
Mouhammad Khawaja al-Amkanaki
Mouhammad al-Baqi Bi-L-Lah
Mouhammad Baha'uddin Shah Naqshband
Ahmad al-Farouqi as-Sirhindi
Cheikh Mouhammad Nazim al Haqqani
Cheikh Mouhammad Nazim al Haqqani
The Messenger of God,Prophet Muhammad ibn Abdullah
Abou Bakr as-Siddiq
Salman al-Farisi
Qassim ibn Mouhammad ibn Abou Bakr
Imam Ja`far as-Sadiq
Tayfour Abou Yazid al-Bistami
Aboul Hassan `Ali ibn Ja`far al-Kharqani
Abou `Ali al-Farmadhi at-Toussi
Abou Ya`qoub Youssouf al-Hamadani
Aboul `Abbas, al-Khidr
Abdoul Khaliq al-Ghoujdawani
Arif ar-Riwakri
Les 11 principes de la voie

 
S'inscrire à la liste du Centre Soufi
E Shaykh | L'espace pour vos questions et requettes
   Nouveautés
Shamsouddin Habib Allah
Cheikh Mouhammad az-Zahid
As-Sayyid Nour Mouhammad al-Badawani
Toutes les nouveauts...
   Article aléatoire
L'Imam Ibn Taymiyya à propos des Saints et de la Sainteté
L'imam Ibn Taymiyya mentionne dans le volume déjà cité, la page à 190 : "un serviteur d'Allah, Tout-puissant et Glorifié, ne peut pas être considéré comme saint à moins qu'il ne soit un vrai croyant. Allah mentionne dans Coran, Sourate Yunus, 62-
Ch. Hisham Kabbani :: 02 decembre 2005

 RADIO de MUSIQUE SOUFIE

1

    Medi1

3

    RadioRarvish

4

    Alif Music
   Citations  et anecdotes
:: Chacun d'eux est dans le besoin, Aucun d'eux ne se passe de l'autre ::

Sans Dieu, la créature ne serait pas existenciée et sans la créature, Dieu ne serait pas manifesté. Sache cependant que Dieu, pour Se manifester par Son essence à Son essence, n'a nul besoin des créatures puisque sous le rapport de l`Essence, il est absolument indépendant à l'égard des mondes et même de Ses propres noms: car, de ce point de vue, à qui se nommerait-il? à qui pourrait-il être décrit? A ce degré, il n'y a que l`Essence une et absolue! En revanche, lorsqu'il se manifeste avec Ses noms et Ses attributs- ce qui implique la manifestation de leurs effets- Il a besoin des créatures. Le Shaykh al-akbar a fait allusion à cela dans ces vers:

"Chacun d'eux est dans le besoin Aucun d'eux ne se passe de l'autre",
:: Emir Abd el-Kader ::
 Pratiques
Prières
Dhikr & Awrades
Pratiques mensuelles
Ramadan
Meditation
Vigile - Qiyam
Mawlid
Dou'a - Invocations
 Principes
L'intention
La Bay'at avec le Guide
Le Service
La Séclusion
La conduite du Mouride
La conscience et l'éveil
 
   Notre mission
Notre Mission consiste transmettre les enseignements du Soufisme sur la fraternité de l'Humanité et l'unité de la croyance en Dieu présente dans toutes les religions et voies spirituelles...
 
 
Accueil   |   Islam   |   Centre Soufi   |   Plan du Site   |    Contact 

Site Officiel | ISCA | Fondation Haqqani | Sufilive
Ordre Soufi Naqshbandi
138 Av Fairmount Ouest Montreal - Canada - Tel.: (514) 270-9437